Strauss-Kahn ne veut plus d'une "gauche décalée par rapport à la réalité"

Publié le par SDJ Cergy

DSK---Mazetier---Visite-8eme-circonscrption.jpgPARIS (AFP) - Dominique Strauss-Kahn a regretté samedi que la gauche soit "décalée par rapport à la réalité", critiquant durement la proposition de hausse du Smic à 1.500 euros, "loin des préoccupations des Français".

En déplacement dans le XIIe arrondissement de Paris pour soutenir Sandrine Mazetier, candidate socialiste aux législatives dans la 8ème circonscription, l'ancien ministre PS de l'Economie a critiqué les "réponses décalées par rapport à la réalité" apportées parfois par son parti. 
Il a rapporté les propos d'un ouvrier rencontré récemment en Haute-Marne: "+Si le Smic passe à 1.500 euros, le patron va délocaliser, mais moi, ce que je veux surtout, c'est garder mon boulot+". 
Et le député du Val-d'Oise de conclure: "il me donnait une leçon de réalisme, parce que le bien le plus précieux pour lui, c'était l'existence même de son emploi". 
Lors de la campagne présidentielle, le projet du PS prévoyait de porter le salaire minimum à "1.500 euros au moins" en cinq ans. 
"La gauche doit réfléchir sur elle-même, sans concession", a ajouté DSK, devant plusieurs dizaines d'habitants du XIIe arrondissement, tout en précisant qu'il ne visait personne et que les erreurs avaient été "collectives". 
Concernant les législatives des 10 et 17 juin, M. Strauss-Kahn, qui avait été candidat à la primaire socialiste pour l'Elysée, a estimé que "malheureusement et presque certainement, il y aura une majorité de droite à l'Assemblée", même si "une élection n'est jamais perdue d'avance". Il a rappelé le précédent de 1988, lorsque François Mitterrand, réélu à la présidence, n'avait eu ensuite qu'une majorité relative au palais Bourbon: "Si ça a existé une fois, ça peut exister d'autres fois". 
Réfutant la théorie du "choc salutaire" pour le PS, qui pourrait venir d'une cuisante défaite à ces législatives, M. Strauss-Kahn a assuré ne pas être "pour la politique du pire" et, s'exprimant à la première personne, il a expliqué avoir "besoin" d'un "groupe socialiste le plus important possible".

Publié dans Dépêches - Presse

Commenter cet article