"Le renouveau du PS ne passe pas par une alliance avec le MoDem"

Publié le par SDJ Cergy

anti_bug_fcNOUVELOBS.COM | 12.06.2007 | 19:20

Dans quelle stratégie s'inscrit le refus de donner une consigne de vote de François Bayrou ? 

- Cette absence de consigne de vote s'inscrit tout droit dans l'échec de la stratégie politique de François Bayrou, qui voulait créer un centre indépendant. La formation d'un tel parti n'aurait été possible que s'il avait été présent au second tour de l'élection présidentielle. Or, ce scrutin était un vote pour des personnalités, qui n'a pas traduit une volonté, de la part des électeurs, de voir émerger un centre. François Bayrou a tout misé sur la présidentielle, et a tout perdu. Il voulait remporter ce scrutin, tout le reste lui importait peu. Il n'a jamais eu dans l'idée d'établir un partenariat durable avec le Parti socialiste, car il savait qu'il serait voué à n'être qu'un satellite. L'hypothèse d'une traversée du désert seul est cependant peu crédible. Un autre choix s'offre à lui: un ralliement peu glorieux avec l'UMP…

Quelle est la conséquence de cet "affront" pour le Parti socialiste ?

- On ne peut pas réellement parler d'affront. Cependant, la décision de François Bayrou prouve que la solution, pour qu'un renouveau du Parti socialiste ait lieu, ne se trouve pas dans une alliance avec le MoDem. La renaissance doit avant tout passer par une refondation du parti et par la redéfinition d'une ligne politique claire.

L'électorat du MoDem est-il important ? Quel sera l'avenir du parti de François Bayrou après les élections législatives ?

- L'électorat du MoDem est volatile et à géométrie variable. Il ne constitue en aucun cas un réservoir dont on peut mesurer la profondeur et dans lequel un parti politique peut puiser.
A l'avenir, le MoDem se réduira à la seule présence de François Bayrou à l'Assemblée nationale. Il sera élu, malgré lui, avec la complicité de l'UMP, qui a décidé de retirer son candidat dans la 2è circonscription des Pyrénées-Atlantiques. Deux hypothèses se présentent alors : soit le MoDem ne survivra pas, soit il gardera sa ligne indépendante, et émergera à l'occasion d'autres élections. Mais je ne vois pas très bien comment cela pourra être possible.

Propos recueillis par Bérénice Rocfort-Giovanni
(le mardi 12 juin 2007)

Publié dans Politiques

Commenter cet article